En coulisses : une jeunesse qui s’engage (1/3) !

Volet 1 – « Je suis admirative de leur sincérité » 

«  C’’est à vous, jeunes de tous les pays du monde que je m’adresse. Parce que vous possédez la plus grande puissance du monde « L’AVENIR » disait Raoul Follereau en 1962. Bogusia, jeune volontaire en service civique à l’association PARM- association partenaire de la FLS dans la création de la maison de vie et partage de Saint-Etienne - , incarne cette jeunesse pleine de détermination et consciente  de son pouvoir de changer les choses.

Nous l’avons rencontré et elle va partager avec nous, tout au long du mois d’avril, son expérience et les raisons de son engagement.


Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Bogusia, j’ai 24 ans. Après l’obtention, de mon master 2 en  Histoire des droits de l’homme, et un stage de fins d’étude dans le secteur public, j’étais en quête de sens dans ma vie professionnelle. Je voulais acquérir une autre expérience dans un domaine qui ne soit pas forcément juridique. Le service civique s’est présenté à moi comme une opportunité de développer des compétences tout en étant au service des autres. Je pouvais ainsi m’engager pour une cause.

Au fond de moi, j’ai toujours eu ce désir d’aider les autres, sans savoir comment faire… bien qu’aider son prochain semble simple et naturel, il est parfois difficile d’aller vers lui et de lui apporter l’aide dont il aurait besoin tout en douceur, tout en respectant sa dignité … Et j’ai eu la chance de découvrir quelques-uns des gestes, grâce à ce volontariat.

Comment as-tu entendu parler de PARM ?

Judith, une des membres de l’association que je connaissais, m’en a parlé, alors que je réfléchissais à m’engager. Je n’avais jusque-là jamais eu de contact avec des personnes handicapées ...  Je me suis dit que cela pourrait être une expérience enrichissante et me suis  lancé dans cette aventure! En octobre 2015 a commencé mon service civique au sein de la structure, après deux semaines d’immersion dans la communauté de L’Arche à Lyon. Et j’étais loin d’imaginer tout ce que cette expérience m’apporterait !

Qu’est ce qui t’a le plus marqué depuis le début de ton volontariat ?

Je dirais sans hésiter que c’est le contact avec les personnes handicapées …  Cette simplicité : c’est un bonheur ! Je suis admirative de leur sincérité, de leur désir de partager et de donner aux autres…

Leur joie de vivre est aussi désarmante… En effet malgré leur quotidien parfois difficile, les personnes du cercle d’amitié semblent beaucoup plus heureuses que nous. Pourquoi ? Parce qu’elles arrivent à se contenter des choses simples, des petits bonheurs…

Et ce qui est beau, c’est de voir d’autre personnes extérieures « au monde des handicapés », vivre le même émerveillement que moi. Lors d’une de nos activités bowling, il y avait un groupe de jeunes qui jouaient sur la piste voisine à la nôtre. C’était beau de voir qu’il n’y avait pas de différence … Ces jeunes étaient là pour passer un bon moment … comme les personnes handicapées. Et autour d’une activité aussi banale que le bowling, le cercle d’amitié a suscité l’admiration de ces jeunes de la piste d’en face ! Qui ont pu réaliser que les seules barrières qui existaient entre eux et les handicapés étaient celles construites par leurs aprioris… Bien que j’ai pu à plusieurs reprises intervenir auprès de jeunes, afin de leur expliquer l’importance d’inclure les personnes handicapées à la société … Ce moment était le plus beau des témoignages : les personnes handicapées ont tout à fait leur place dans notre société et ont leur richesse à apporter.


La semaine prochaine, nous vous partagerons le quotidien de Bogusia auprès du groupe d’amitié de l’association PARM.


Désireux d'en savoir plus sur la maison de vie et de partage de Saint-Etienne: cliquez ici!
Pour œuvrer à cette mobilisation de cœur, soutenez la FLS

Propriétaires, donnez du sens à votre logement !

 

equipmentprotection3 (2) La Fondation recherche régulièrement des logements, des maisons pour accueillir et accompagner toujours plus de personnes fragiles.
Zoom sur un dispositif philanthrope et généreux : la « donation temporaire d’usufruit ».

Qu’est-ce que la « donation temporaire d’usufruit (DTU) »?

FLS : En deux mots : la donation temporaire d’usufruit vous permet de transmettre temporairement la gestion d’un logement que vous possédez à la FLS. La Fondation devient intermédiaire entre vous et le locataire, et vous soulage de bien des démarches !

 home-158089__180

Pour quelles raisons me lancer dans cette aventure avec la FLS ?

FLS : Une donation d’usufruit temporaire à la FLS, c’est le gage d’aider, tout en assurant une bonne gestion de mon patrimoine.

Vous faites coïncider vos valeurs et un avantage financier. En effet, en nous cédant temporairement un bien, vous retirez le bien de votre patrimoine imposable (ISF) pendant la durée de la donation.

De plus, lorsqu’un bien est temporairement cédé sous ce régime, les frais relatifs à son entretien, les impôts et les taxes sont pris en charge par la FLS.

Comment cette action aiderait les personnes fragiles ?

FLS : En 1988, la FLS s’est donnée pour mission de soutenir les plus fragiles grâce à des solutions de logement personnalisées. Ces logements offrent aux bénéficiaires l’opportunité de redéfinir leur parcours de vie, de regagner en autonomie.

Ainsi, en 2015, Monique a pu racheter la maison que la FLS avait acquis pour sa famille il y a 10 ans; la FLS s’est engagée à Versailles dans la création d’une nouvelle Maison de Vie et de Partage.

En nous cédant temporairement un logement, la FLS en fait bénéficier une famille dans le besoin, qui aura un loyer adapté à ses ressources.

Le groupe d’amitié des jeunes hommes handicapés mentaux de Versailles (© Maisons-Saint-Joseph)

Le groupe d’amitié des jeunes hommes handicapés mentaux de Versailles (© Maisons-Saint-Joseph)

Nos logements rêvés

– Des petits logements (studios / T1bis) dans la petite couronne parisienne

– Des maisons permettant un vivre-ensemble solidaire et innovant pour des personnes fragiles, dans la région parisienne

– Des studios en cœur de ville de Saint-Etienne

Et qui sait … peut-être le vôtre ?

VOUS AUSSI, PARTICIPEZ A L’ECRITURE DE CES HISTOIRES !

 

Et concrètement, que recherchez-vous à la FLS ?

FLS : Plus concrètement, la Fondation agit aujourd’hui en Île-de-France et en Région Rhône-Alpes Auvergne . Pour assurer une bonne gestion de votre logement, il sera difficile de s’éloigner de ces deux régions.

Autour de votre bien, la FLS sera attentive à ce qu’une équipe de bénévoles ou d’une association partenaire entoure la famille logée. « Vivre, c’est aider les autres à vivre », disait souvent Raoul Follereau, inspirateur de la FLS.

J’ai un peu peur : mes droits sur mon bien restent-il intacts ?

FLS : La donation temporaire d’usufruit est scellée par acte notarié. Cela garantit la sécurité juridique des deux parties. La durée minimale de 3 ans de l’arrangement  vous donne en tant que propriétaire du bien la possibilité de renouveler votre donation ou de récupérer votre bien à chaque échéance. Durant la durée du contrat, la FLS s’engage à ce que vous conserviez un droit de regard sur la gestion de votre bien.

 

 

phone-68-xxl Vous vous posez des questions ?

Contactez-nous, nous vous éclairerons !

Puis-je faire une DTU à tous les acteurs du monde immobilier ?

FLS : Non ! L’organisme bénéficiant de cette donation doit être reconnu d’utilité publique. La FLS l’est, et ce depuis plus de 25 ans (« Qui sommes-nous? »).

 

Je gère une entreprise, peut-elle faire une DTU ?

FLS : Tout à fait ! Dans ce cas, votre entreprise pourrait par exemple prêter un local à la FLS pendant une durée déterminée.

 


Découvrir le portrait de quelques-unes de nos familles logées.
Focus sur une action 2015 : la FLS loge 5 familles réfugiées irakiennes ! 

Les familles irakiennes sont installées !

Les travaux se sont terminés il y a dix jours. Et il aura fallu attendre seulement quelques jours avant que les familles ne s’installent : l’emménagement eut lieu 3 jours plus tard.   

familles-athis

Les familles, le jour de la signature des baux

ETAT DES LIEUX D’ENTREE

Comme pour toute entrée dans un nouveau logement, un état des lieux a été fait avec précaution. L’objectif : expliquer à chacun les engagements du locataire et du propriétaire.

Des membres des familles, parlant français, araméen et quelquefois anglais, étaient également présents pour entendre et relayer les messages. Les questions des tout nouveaux locataires sur l’entretien, le chauffage et leurs devoirs ont notamment fait l’objet d’attention.

logements-athis-monsEtat des lieux dans les appartements rénovés

VOTRE ACTION, A LEURS CÔTES

Pour venir en aide à ces 5 familles, la FLS a fait appel aux Petites Pierres, dans l’objectif de soutenir la rénovation des logements (voir budget). Le principe : démultiplier l’engagement, en doublant les dons.

Les familles, le jour de la signature des baux

Capture d’écran de l’appel à don de la FLS sur LesPetitesPierres.org

Ainsi, lorsqu’un don est réalisé au profit de ces logements, Les Petites Pierres abondent d’autant ! Et ce, avec une déduction fiscale de 75%. Imaginez donc l’impact de votre geste.

Pour un coût réel de 25€ ==> vous faites un don de 100€ ==> La FLS reçoit 200€ !

La mobilisation de tous est essentielle, vous aussi, vous pouvez devenir une Petite pierre du projet.

Merci d’avance d’y contribuer. Merci d’avance d’être une pierre d’angle de cette initiative !

 

UNE AIDE INESTIMABLE

A l’occasion de leur installation, les familles ont découvert les appartements rénovés. Souvenez-vous, la première visite avait eu lieu dans des appartements en plein chantier. Ce fut une vraie joie dans leurs yeux … S’appropriant les lieux, elles prenaient également des mesures, et commençaient à envisager l’ameublement nécessaire. C’est là un souhait de la Fondation de permettre aux familles de se responsabiliser via le choix personnel du mobilier.

Bien évidemment, ils sont accompagnés bénévolement pour de tels choix. Soulignons ainsi l’engagement de la Recyclerie de l’Essonne  à leurs côtés, leur permettant ainsi d’accéder à du mobilier à moindres frais.

Une vraie bouffée d’oxygène pour eux tous.

QUI SONT CES FAMILLES ?

Les cinq familles sont originaires de la région de Mossoul, en Irak. Pour rappel, en juin 2014, la ville et sa région tombent aux mains de « l’Etat Islamique en Irak et au Levant », obligeant les habitants à fuir et se réfugier à Karakosh dans la plaine de Ninive, région chrétienne à l’est du Tigre. En quelques minutes, des milliers d’Irakiens ont dû quitter leur chez-eux pour échapper à la mort … Et deux mois plus tard, cette région également prise par l’ennemi, la ville d’Erbil devient un point de ralliement.

A cette période, Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve, respectivement ministre des affaires étrangères et ministre de l’intérieur, condamnent avec fermeté les exactions subies dans la région. « Nous venons en aide aux déplacés qui fuient les menaces de l’Etat islamique et se sont réfugiés au Kurdistan. Nous sommes prêts, s’ils le souhaitent, à en favoriser l’accueil sur notre sol au titre de l’asile. » Nombre de personnes réfugiées à Erbil entendent cet appel. Et ce sont plus de 1500 visas d’asile que la France a accordés depuis l’été 2014. Les cinq familles logées en font partie.

Depuis treize, voire quinze mois, ces douze personnes logeaient chez des proches, amis ou familles, très souvent en surpopulation. Il est même arrivé que père et mère aient été séparés, car les logements étaient bien trop petits.

 carte-irak-paris


Faire un don via Les Petites Pierres
D
écouvrez l’action de la Fondation en faveur des réfugiés syriens & irakiens

La maison du bonheur !

Locataire depuis près de 11 ans, Monique voit aujourd’hui son fils Pierre accéder à la propriété.  Après avoir réussi de brillantes études, Pierre va permettre à sa mère et son frère polyhandicapé de vivre sereinement les prochaines années dans ce qu’ils appellent « la maison du bonheur ».

  05 MONIQUE ET CHARLES

 

"Notre soleil est Charles. Il ne pouvait rien faire mais il a fait bouger tout le monde pour lui. Je suis fière de mes enfants bien sûr mais je suis aussi fière de la Fondation car ce sont eux qui nous ont donné les moyens d’être là où nous sommes aujourd’hui.  C’est la maison du bonheur."

 

 

Pour quelles raisons la Fondation est-elle intervenue pour vous aider la première fois?

Cela faisait huit ans que nous étions dans une situation très compliquée. A l’époque j’avais 6 enfants petits, dont un enfant handicapé, j’étais divorcée, seule, et mon ex-mari ne payait pas de pension alimentaire. Nous étions très mal logés et je ne trouvais pas de solution adaptée au handicap de mon fils Charles qui est en fauteuil roulant.

Il grandissait, il avait 10 ans et dormait au premier étage. On était 7, il fallait à tout prix que nous trouvions une solution. J’ai fait des demandes de logement à la mairie mais c’était très difficile car on cumulait deux handicaps : la famille nombreuse et le handicap de Charles.  On me proposait des logements HLM qui étaient en étage et qui n’étaient absolument pas adaptés.

Après plus de 8 ans de recherche et d’attente, la mairie, qui ne voyait pas d’issue, m’a mise en relation avec la Fondation pour le Logement Social. En les rencontrant j’ai tout de suite été écoutée. Après un an de recherche, on m’a proposé une maison. Au début je ne voulais pas la prendre car elle n’était pas adaptée, mais on nous a dit qu’il n’y avait pas le choix et qu’on allait faire les travaux nécessaires pour l’adapter au handicap de Charles. Nous aurions raté l’affaire de notre vie, j’aurai fait une énorme erreur de refuser cette maison.

 

Quelles aides avez-vous reçues pour faciliter votre quotidien et celui de Charles ?

Il s’agissait de deux petites maisons avec un petit jardin, mises en vente par un particulier dans une agence. Il y avait beaucoup de monde qui voulait acheter mais le vendeur a accepté de le vendre à la Fondation après nous avoir rencontrés avec Charles.

Il a fallu installer un ascenseur à l’extérieur et pratiquement tout l’intérieur a été refait. Des murs ont été cassés, ils ont fait une nouvelle salle de bain. C’était de gros travaux. C’est devenu un logement idéal pour le handicap de Charles et pour une famille nombreuse. Quand on est entré dans la maison, c’était extraordinaire, mes enfants n’y croyaient pas, nous avons vécu un vrai moment de bonheur. Nos n’avions pas d’argent mais dans ce logement on avait l’impression d’être privilégiés. Aujourd’hui, je serai encore dans la galère sans la Fondation, j’en suis certaine.

La salle de bain a été adaptée dès 2004 au handicap de Charles.

Depuis un an, une nouvelle étape marque l’histoire qui vous lie à la Fondation.

Oui, c’est arrivé d’une façon étonnante, il y un an j’étais invitée pour les 25 ans de la Fondation. J’ai entendu la directrice dire : «Notre plus grande réussite c’est quand nos locataires sont en mesure de racheter le bien ».

Moi je ne savais pas qu’on pouvait racheter, personnellement je ne le pouvais pas financièrement mais j’ai pensé à mes enfants et j’ai abordé le sujet avec eux. Il faut savoir qu’auparavant mes enfants avaient des difficultés à étudier car ils étaient entassés dans des pièces avec du bruit etc. Tout d’un coup ils se sont retrouvés dans les conditions optimales pour réussir : de la place, du confort, du calme, chacun a pu être tranquille pour étudier. Plus grands, ils ont tous fait de très bonnes études, ils ont chacun emprunté à la banque pour financer leurs études. Aujourd’hui, trois sont ingénieurs, l’un travaille à Londres dans la finance et la petite dernière termine ses études d’architecture. Il y a eu à la fois le handicap de leur frère qui leur a donné envie de réussir et bien sûr les bonnes conditions propices au travail.

Pour moi c’est grâce à cette maison et donc grâce à la Fondation que mes enfants réussissent socialement aujourd’hui. C’est mon fils Pierre qui a pris la décision de racheter la maison, il est ingénieur. Au début l’idée l’a un peu effrayé par rapport à son jeune âge (29 ans), il avait déjà remboursé 30 000 euros d’emprunt pour son école et sa vie étudiante, et bien sûr il a des envies de fonder une famille et de pouvoir subvenir à ses besoins. Il a réfléchi pendant un an et finalement il a fait une proposition à la Fondation en disant que cette maison serait pour son frère et moi. Tous mes enfants trouvent ça formidable.Cette décision m’a beaucoup soulagée, même si je sais que la Fondation ne m’aurait jamais demandé de partir.

C’est une fin heureuse car quand il sera propriétaire nous serons logés gratuitement et c’est une solution d’avenir pour toujours. Je souhaite que tout cet espace me permette de recevoir plus tard mes petits-enfants et mes enfants.

 

Urgence réfugiés

Urgence – réfugiés : la Fondation agit !

La FLS se mobilise en urgence pour réhabiliter cinq logements en Essonne. Vendredi 9 octobre dernier, les trois premières familles réfugiées irakiennes ont signé leur bail. Extraits du début d’une aventure, en présence des équipes de la Fondation, des bénévoles, et de l’Oeuvre d’Orient. 

Les familles présentes le 9 octobre dernier à la signature des baux

UN GESTE EXCEPTIONNEL

A l’heure actuelle, ce sont des milliers de réfugiés qui n’ont pas accès à un logement décent. A l’image de l’ensemble de ses actions, la FLS apporte une réponse d’humanité et de coeur, à taille humaine. C’est pourquoi la Fondation a décidé de réhabiliter en urgence cinq logements, à Athis-Mons, en Essonne, afin de les mettre à disposition de familles réfugiées qui ont tout perdu dans leur pays.

Suite à la commission d’attribution de ces logements, ce sont cinq familles réfugiées syriennes et irakiennes qui se sont vus proposer cette solution logement. Après la visite des lieux, et la rencontre avec les bénévoles, l’étape la plus importante se devait d’être accomplie : la signature des baux !

Vendredi 9 octobre, la FLS organise un moment de présentation, de rencontre et d’échanges.

UN APRES-MIDI MARATHON

Ce temps est notamment l’occasion d’expliquer aux futurs locataires la nature du bail. A l’aide de deux  interprètes, la gestion locative de la Fondation s’attache à illustrer les bonnes règles de voisinage, d’entretien du logement, le fonctionnement d’une copropriété, …

Ensuite, les bénévoles locaux éclairent leur engagement aux côtés des familles, surtout en matière d’aide à l’installation et d’accompagnement par la suite.

Finalement, le moment crucial arrive : chaque famille se voit expliquer individuellement le bail et le signe ! Désormais, elles ont un toit, et déménageront dans quelques jours.

      IMG_9204

CONVIVIALITE ET GENEROSITE

IMG_9164 Une fois les formalités terminées,un temps de convivialité est organisé, pour fêter cette joie partagée. Ce fut un échange émouvant, du fait des témoignages de reconnaissance et de gratitude de chacune des familles.

Ces personnes ont beaucoup perdu mais restent pleine d’espoir de se reconstruire en France.


Si vous souhaitez soutenir cette action, rdv sur la plateforme de don Les Petites Pierres : la Fondation a besoin de vous !
Pour plus d’informations sur la mobilisation exceptionnelle de la FLS, cliquez ici

Versailles, le partenariat se concrétise !

Fin septembre, les Conseils d'Administrations de la Fondation et des Maisons Saint Joseph ont confirmé leur intérêt respectif d'avancer et de construire ensemble. Enthousiasme et engagement mobilisent aujourd'hui toutes les équipes pour faire avancer cette nouvelle Maison de Vie et de Partage !

photo versailles

Les sept jeunes femmes de la première maisonnée !

Après la colocation de jeunes femmes trisomiques, ouverte il y a 8 ans à Versailles, la FLS se lance dans l'aventure avec l'association Les Maisons Saint Joseph et part en quête des logements idéaux pour 7 jeunes hommes trisomiques. L'objectif ? Identification un lieu non loin de la Maisonnée des jeunes filles.

UNE MOBILISATION INDISCUTABLE !

On ne le cache pas : la première maison est un véritable succès, les jeunes femmes sont épanouies, vivent des moments de complicité et de partage. Après huit ans, ce sont tellement d'étapes accomplies, que les parents souhaitent plus que jamais se mobiliser pour reproduire cette action : il est temps de se lancer dans une réponse pour les jeunes hommes trisomiques !

UNE NOUVELLE MAISON DE VIE ET DE PARTAGE

Cette future Maison de Vie et de Partage, se construit à l'image des autres de la Fondation : solution de logement innovante destinée aux personnes handicapées, intermédiaire entre un appartement ordinaire et l’établissement médico-social. Ce lieu de vie familial est adapté à la fois au désir d’autonomie et à la nécessité d’un accompagnement professionnel et bienveillant.

Cette maisonnée sera l'occasion d'offrir à 7 jeunes hommes une indépendance par rapport à leur parents tout en leur permettant d'être entourés par les volontaires qui veilleront sur eux. Les jeunes hommes trisomiques de Versailles et des Yvelines sont impatients de voir cette maison, et d'envisager une cohabitation avec leurs amis, en début d’année 2017.


Réalisez le rêve de ces jeunes hommes trisomiques : faites un don !
Tous les détails de cette maisonnée sur la page dédiée.  

Rapport d’activité 2014

Pour mieux connaître actions, projets et avancées : la Fondation met à votre disposition son Rapport d’activité 2014.


 

RA2014
Rapport d’activité 2014

Reconnue d’utilité publique, la FLS agit depuis bientôt 30 ans en faveur du logement des plus fragiles. En 2014, la FLS a non seulement soutenu financièrement des associations qui œuvrent pour le logement des personnes handicapées, mais aussi constituer les partenariats pour la création de Maisons de vie et de partage à Saint-Etienne, Rambouillet, et Versailles.

En 2014, a Fondation a également mis en place un plan stratégique de patrimoine. L’objectif ? Envisager la cession d’une partie des actifs au profit des Maisons de vie à créer. Bien évidemment, afin de garantir la stabilité de leur insertion, la vente aux familles est envisagée, lorsque cela est possible.

Une fois de plus, en 2014, la Fondation a obtenu le renouvellement de sa labellisation AFNOR « Gouvernance et gestion responsable ».

Aussi dans un souci de transparence vis à vis de vous nos donateurs, nous avons mis en ligne le rapport 2014.

A consulter en cliquant ici.

Au sommaire:
– Les temps forts de 2014
– Les orientations 2014-2018
– L’insertion des plus fragiles
– Le patrimoine de demain
– La générosité du public
– Le compte emplois-ressources
– …

 Si vous en souhaitez une version papier, n’hésitez pas à nous contacter

Vous pouvez également participer aux Maisons de Vie FLS en faisant un don sur le site

Les chiffres 2014 de la FLS

Dans un souci de transparence, la Fondation pour le Logement Social publie aujourd’hui son Compte Emploi des Ressources (CER) pour l’année 2014. Explications. 


 

 En bref:

– 6 nouveaux locataires
– 43 000 € dédiés au soutien à projets associatifs en faveur des personnes fragiles
– 177 000 € collectés par la fondation abritée Simon de Cyrène en faveur des personnes handicapées

Tableau-CER-2

Compte Emploi des Ressources 2014 de la FLS

Les ressources : des dons qui augmentent mais des legs qui diminuent

On observe une augmentation des dons collectés hors legs par rapport à 2013 (611k€ vs. 583k€ en 2013). Nos donateurs sont donc toujours aussi fidèles à nos appels postaux et numériques de générosité et nous les en remercions. Les legs en 2014 ont par ailleurs sensiblement diminué.

Les ressources dites « autres produit », s’élevant à 1 412 184 € intègrent:
– les loyers des logements sociaux dont la FLS est propriétaire
– les produits exceptionnels comme la cession d’un patrimoine à un locataire

Enfin, la Fondation a reçu une subvention publique territoriale à hauteur de 20 000 €, dans le cadre de la rénovation d’un de ses logements.

 

Les emplois : des actions de générosité en faveur des plus fragiles

Les emplois 2014 couvrent les aspects suivants:
– Les missions sociales de la FLS à 78%, soit 1493 k€, détaillées ci-dessous
– Les frais de communication, de fidélisation et de traitement des dons à hauteur de 6%, en diminution de près de 25% par rapport à l’année précédente.
– Les frais de fonctionnement d’environ 16%, également en baisse.

Les missions sociales couvrent en effet le cœur de l’activité solidaire de la Fondation, pour répondre au besoin des bénéficiaires directs de la FLS, à savoir les locataires d’aujourd’hui et ceux de demain. Ainsi, les dépenses engagées intègrent :

(1) la gestion locative et immobilière, de 1219 k€  (soit 81% des missions sociales) avec l’entretien des logements (taxes foncières, assurances), le coût propre du patrimoine (amortissements, remise en état), …
(2) le montage d’opérations, d’environ 130k€ en 2014, couvrant les frais liés aux études autour des projets d’habitat partagé de Saint-Etienne et de Rambouillet
(3) le soutien à projet associatifs, auprès des associations Ovive, Lazare, Simon de Cyrène et APA.
(4) les actions d’insertion par le logement de nos locataires, à hauteur de 73 k€
(5) la transmission des informations sur les missions sociales, équivalent aux dépenses de communication auprès des institutions et online.

 

Les équipes de la Fondation se tiennent disponibles pour répondre à d’éventuelles questions complémentaires : contactez-nous !


Vous pouvez dès maintenant vous renseigner sur les  projets en cours sur notre site,
Et si vous aussi vous voulez aider la Fondation, n’hésitez pas à  faire un don !

 

Quatre studios pour personnes handicapées

L’équipement en cuisinettes des 4 studios de l’association Ovive en Haute-Loire (43) est désormais en place. Zoom sur cette action financée par la Fondation, pour proposer un habitat adapté à un public en situation de handicap.


 

photo cuisinette
Une des 4 cuisinettes installées, entièrement financée par la FLS

En 2014, l’association Ovive  sollicitait la Fondation pour soutenir les équipements de cuisine. En effet, Ovive souhaitait ouvrir quatre studios pour accueillir des personnes handicapées en capacité d’autonomie. Ce projet de coeur et de sens répondant aux objectifs de la FLS, cette association fut soutenue par la Fondation.

« En soutenant financièrement un tiers de ces projets d’aménagement, la FLS a contribué à l’accès au logement durable de ces personnes. L’opération est aujourd’hui assurée financièrement et les travaux ont été terminés ce mois de juillet 2015. » indiquait récemment René Delorme, directeur de l’association Ovive. En effet, les quatre futurs locataires vont pouvoir emménager d’ici la fin des vacances estivales, fin août.

La Fondation est heureuse de voir de tels projets aboutir et remercie ses donateurs qui lui ont permis de financer ces travaux.

 


Si ces projets vous intéressent, vous pouvez faire un don afin d’en soutenir la réalisation.
Pour découvrir l’association Ovive : www.ovive.org

Première pierre Simon de Cyrène à Rungis

Une deuxième maisonnée Simon de Cyrène ouvrira en Île de France. Les travaux de la « Ferme de Rungis » ont débuté en juin dernier. A cette occasion , l’Association Simon de Cyrène organise la pose de la Première Pierre ce soir, mardi 7 juillet 2015.


 

IMG 9775

Située au cœur de Rungis, la « Ferme de Rungis » accueillera 33 personnes handicapées et 26 assistants dès la fin 2016. Cette maisonnée sera constituée de 5 appartements partagés et de plusieurs studios, le tout sur un terrain de 9500 m2. Ce lieu est la deuxième communauté de vie Simon de Cyrène implanté en Île de France, après celle de Vanves, ouverte en 2010.

La FLS et Simonde Cyrène partagent les mêmes valeurs: attention portée aux plus fragiles, construction du vivre-ensemble et écoute de l’autre. La Fondation abrite d’ailleurs la Fondation Simon de Cyrène depuis 2014, afin de soutenir la création de nouveaux lieux de vie à Dijon, Lille, Lyon, Bordeaux, Marseille, …

Logo-SDC

Les communautés Simon de Cyrène sont également source d’inspiration pour la Fondation dans la réalisation des projets d’habitats partagés, que ce soit à Saint-Etienne (42) ou à Rambouillet (78). Avec les habitats partagés, la FLS construit et permet à chacun de se construire. Les résidents ont à la fois un espace privatif et une vie commune grâce aux pièces partagées comme la cuisine et le salon. Tout cela à taille humaine puisque nos habitats partagés accueilleront chacun une dizaine de personnes.

Légende

Moment de vie partagée à Simon de Cyrène Vanves (Crédit : Benjamin Hoffman)

  

La FLS est ainsi ravie de soutenir cette nouvelle maisonnée à Rungis et sera présente ce soir, pour la pose de la première pierre.


Si de tels projets de vivre-ensemble entre personnes handicapées et personnes valides vous intéressent, n’hésitez pas à soutenir la FLS en faisant un don.