En coulisses, une jeunesse qui s’engage (3/3)

Volet 3 – Vivre un service civique : « donner autant qu’on reçoit » !

«  C’est à vous, jeunes de tous les pays du monde que je m’adresse. Parce que vous possédez la plus grande puissance du monde « L’AVENIR »» disait Raoul Follereau en 1962. Bogusia, jeune volontaire en service civique à l’association PARM - association partenaire de la FLS dans la création de la maison de vie et partage de Saint-Etienne - , incarne cette jeunesse pleine de détermination et consciente  de son pouvoir de changer les choses.

Nous l’avons rencontré et elle partage avec nous, tout au long du mois d’avril, son expérience et les raisons de son engagement.
[Retrouvez les 2 premiers volets de cette interview : « je suis admirative de leur sincérité » et « lire la joie dans les yeux des personnes du cercle d’amitié »]


 

Pourquoi, selon toi, un jeune doit-il s’engager en service civique ?

Il y a différentes sortes de services civiques, mais dans tous les cas ils permettent de découvrir une structure qui joue un rôle particulier au sein de la société. Dans mon cas, cette expérience m’a fait découvrir le monde associatif et constater que rien qu’en étant bénévole on peut beaucoup donner et recevoir. Le service civique est selon moi une sorte de « bénévolat » formalisé, plus encadré et facilitant, par conséquent, l’accès aux structures sociétales, et qui me permet d’être un peu rémunérée.

Avant ce volontariat, les associations que je fréquentais étaient des purs loisirs, mais maintenant au sein de PARM, je défends une cause ! Et non des moindres, car il s’agit de favoriser l’insertion sociale de personnes qui ont malheureusement tendance à être mises à l’écart en raison de leur handicap. C’est aussi une manière de m’investir dans la défense de la dignité des personnes avec qui j’ai la chance de travailler.

C’est également une opportunité de découvrir un domaine auxquels on est étranger, de s’ouvrir aux autres… je le conseille à 100%!

bogusia 3

Quelle trace as-tu envie de laisser dans PARM ?


Des souvenirs
! Je considère que c’est véritablement une chance que de travailler pour la création de l’association. A côté de tout l’aspect administratif, nous sommes aussi témoins de la construction progressive des relations au sein de l’association.

Les premières rencontres ont lieu entre des parents – tous confrontés à la même réalité concernant le handicap de leurs enfants -, les futurs résidents et des personnes extérieures qui viennent soit pour accompagner, soit pour partager des moments d’amitiés. Des liens se créent naturellement.

Logo-PARM
Mais avec le temps, on va oublier une bonne partie de ce que l’on vit actuellement. Si pour le moment faire des activités créatrices n’a pas pu aboutir, les souvenirs pour l’instant passent notamment par des activités faites ensemble et des photos prises à l’occasion. Cela me plairait que nous puissions immortaliser ces bons moment que nous passons en construisant la future communauté de la Maison de Vie de Saint-Etienne… Qui sait, peut-être au week-end de fin d’année du cercle d’amitié, le 30 avril ? Je croise les doigts !

Je souhaiterais laisser des souvenirs, car il m’apparaît fondamental de préserver l’esprit dans lequel l’association a vu le jour, pour ceux qui viendront après nous, avec l’histoire de sa genèse. Ce que nous sommes en train de bâtir, répond à un besoin de parents soucieux de leurs jeunes, aujourd’hui adultes. Ils veulent leur offrir des garanties quant à ce bien qu’ils veulent leur laisser en héritage. Avec le temps, il ne faudrait pas que cette vision se perde.

 

Si un autre jeune devait s’engager dans l’animation du cercle d’amitié de PARM, quels conseils lui donnerais-tu ?

Pour le moment le cercle d’amitié est en fait un groupe d’amis qui se rencontrent pour passer de bons moments ensemble. Les relations sont donc d’égal à égal, dans le respect de l’autre et la bienveillance. Les parents m’ont bien signalé, que le propre des personnes trisomiques (notre groupe réunit pour le moment majoritairement des trisomiques), est de beaucoup imiter ce qu’ils voient. Mais en ce sens, ils imitent tant ce qui est bien, que ce qui est mauvais. Dans ce contexte, il faut donc veiller à cultiver des relations amicales fondées sur la générosité, la patience et la bienveillance des uns à l’égard des autres.  

La leçon : il ne faut pas chercher à faire compliqué ! C’est ce que j’ai mis du temps à comprendre, j’étais peut être trop exigeante avec moi-même, je voulais tout prévoir à l’avance, mais j’ai réalisé que les familles avaient une expérience que je n’avais pas et que si je pouvais suggérer de nouvelles propositions, je devais  m'appuyer sur les parents  et leur expérience pour que l’activité soit réussie.

Une fois que les locaux ouvriront, la mission des  jeunes en service civique sera quelque peu différente  de la mienne. Il s’agira pour le jeune volontaire de servir l’autre, c'est-à-dire être présent, à l’écoute et indulgent à l’égard des résidents. Car comme dans les relations quotidiennes, des conflits peuvent émerger, et il faut parfois être prêt à entendre des paroles ingrates, c’est ce que m’a dit une volontaire en service civique dans une structure qui fonctionne déjà.

Quels sont tes projets à la fin de ce Service Civique?

Les idées ne sont pas encore parfaitement claires. En tout cas, si je reste sur Saint-Etienne, j’aimerais beaucoup garder contact avec les personnes handicapées de la communauté de PARM, car le groupe est vraiment agréable et ils sont très encourageants dans ce projet. Passer du temps avec eux me plait… et j’y ai tissé beaucoup de liens.

Cette expérience à été très enrichissante au niveau personnel et professionnel… J’en suis très reconnaissante à la Fondation pour le logement social et en particulier à mon tuteur.

Maintenant je ne vais probablement pas travailler professionnellement dans ce domaine, car je souhaiterais revenir à mon domaine d’étude avec tout l’enrichissement que m’a apporté cette belle expérience. Seule certitude : je souhaite continuer à agir pour cette cause sur mon temps libre !


La FLS tient à remercier Bogusia de son engagement, de son implication auprès du cercle d’amitié et de l’association PARM … et de sa patience pour la réalisation de cette interview !

Retrouvez le premier volet «  Un engagement personnel » de cette interview .

La deuxième partie:  "lire la joie dans les yeux des personnes du cercle d’amitié"


Désireux d'en savoir plus sur la maison de vie et de partage de Saint-Etienne: cliquez ici!
Pour œuvrer à cette mobilisation de cœur, soutenez la FLS