Histoire de locataire !

Il y a quelques jours, une convention a été signée avec l'association Espérance Hauts-de-Seine. La bénéficiaire ? Madame A.* qui habite Clichy-la-Garenne (92). Exemple concret des actions de gestion locative adaptée et personnalisée à la FLS.

 

Madame A, une personne logée, en difficultés

Cela faisait plusieurs années que Madame A vivait dans un logement de la FLS.  Et, quand l'équipe de gestion locative a repéré des signes de souffrance psychique, elle s'est mobilisée. Beaucoup d'acteurs rencontrés, beaucoup de dos tournés, beaucoup de demandes d'aide refusées. 

Ce n'est pas sans compter sur le dynamisme de la FLS. Effectivement, notre vocation consiste à loger des familles fragiles, et également à veiller sur leur responsabilisation progressive. A être attentif. Et cette motivation sans faille nous a poussé à rencontrer l'association Espérance Haut-de-Seine.

Une oreille attentive

Aujourd’hui, grâce à Espérance Haut de Seine (EHS), nous avons trouvé la solution logement/accompagnement qui convenait à Madame A. La condition essentielle : l'enthousiasme de Madame A. à être actrice de ce projet ! "L'association a été vraiment gentille avec moi dès la première rencontre, je leur ai fait confiance très vite". 

Avec cette première pierre posée, somme toute indispensable, comment avancer ? La FLS et EHS se sont réunis, re-réunis, jusqu'à la semaine dernière : la signature du bail  en logement dit passerelle avec EHS, permettant à Madame A. de rester aussi longtemps qu'elle le souhaite dans son logement, avec en plus, une veille personnalisée d'EHS.  

Ainsi qu'en témoigne Jean-Philippe Sorriaux, directeur d'EHS : « avec la Fondation, nous poursuivons des objectifs communs » avant de poursuivre : «il y avait un partenariat naturel qui se présentait ». 

Et avec des moyens d'actions différents, cette complémentarité oeuvre à la création d'un accompagnement personnalisé, à taille humaine et adapté.

Une inspiration ? 

Avec ce projet, nul doute que Madame A. souhaite nous témoigner sa joie. "Je suis très contente de pouvoir rester dans ce logement, je connais tout le monde autour maintenant, vraiment merci !" nous disait-elle hier. 

Il est vrai qu'avec de telles actions, la FLS témoigne de son action personnalisée, de son souhait à la responsabilisation de nos familles logées. Et pourquoi pas peut-être inspirer d'autres acteurs à identifier de telles solutions personnalisées, pour des personnes en souffrance psychique ? En France, ce sont 2 millions de personnes (Source : Clubhouse France) qui vivent avec un trouble psychique grave. Et cette initiative témoigne qu'il est possible d'agir.  

 

* Nous faisons le choix de ne pas indiquer le prénom de Madame A. , afin de préserver son identité. Merci à vous de votre compréhension !