(S’) insérer

Engagée aux côtés des plus fragiles, la FLS tient à proposer un cadre de vie dit "ordinaire" à ses familles logées, en favorisant l'autonomie. Ainsi, comme le ferait toute agence immobilière, la gestion locative assure des tâches telles que le traitement des réclamations, la rédaction des baux, l'entretien technique des logements ... avec la particularité de s'adresser à des personnes fragiles.

Un milieu ordinaire

Les fondateurs de la FLS envisageaient, il y a déjà 30 ans, le logement comme outil nécessaire au lendemain d'un accident de vie. Pour favoriser l'appropriation et l'émergence de projets des familles logées, ce sont des logements soit en copropriété ordinaire ; soit des maisons de ville qui ont été achetés. Ces logements dits "dans le diffus", c'est-à-dire éparpillés dans la ville, s'avèrent une garantie contre la stigmatisation et pour la reconstruction personnelle et familiale.

Une gestion locative adaptée

Grâce à une gestion locative adaptée, la FLS reste à l’écoute des familles logées, les responsabilise et les soutient dans leur insertion. Leurs situations font l’objet d’une attention particulière de l’équipe, en interaction permanente avec les partenaires : travailleurs sociaux départementaux, centres médicaux, associations d’aide à l’insertion, copropriétés, entretien d'entretien et de maintenance, etc.

Cette réactivité, cette mise en relation de différents partenaires et l’écoute de nos familles font partie intégrante d’une journée de travail... bien trop courte, au final !

Convaincue de l'importance de mutualiser les compétences pour faire évoluer les situations fragiles et complexes de quelques locataires, la FLS s'entoure de partenaires sociaux locaux, tels l'Association ARS95

La Fondation fait appel à nous quand ses locataires ont un besoin complémentaire d'accompagnement. En tant que bailleur humaniste, elle est très investie d'auprès d'eux [...]. L'accompagnement que nous menons aux côtés de la FLS est très personnalisé, adapté à chaque situation familiale. 

Nathalie, travailleur social, ARS95

Et l'insertion dans les Maisons de Vie et de Partage ?

Afin de garantir l'esprit familial de ces lieux de vie, des personnes valides vivent sur place avec les personnes handicapées. Nommée "maîtresse de maison" ou "responsable d'appartement", cette personne bienveillante est garante de l’esprit fraternel entre tous, et veille à ce que chacun trouve sa place.Cela passe également par l’ouverture de l’habitat partagé sur l’extérieur : activités ; invitations ; sorties ; ... C'est là un maillon essentiel dans la construction de liens pour les personnes handicapées.

Au début du printemps 2018, la journaliste Mélanie Mermoz et le photographe Vincent Wartner viennent partager une soirée avec les jeunes hommes de la Maison de Vie et de Partage de Versailles.

« Avant, j'avais toujours vécu avec mes parents, lâche Louis Arnauld. Là, c'est bien d'habiter avec les autres. J'aime tout le monde, mais Anthony est mon ami » Comme chaque fin d'après midi, vient le moment tres attendu du goûter. Dans
la cuisine américaine, Brigitte Jobez coupe du pam et invite « les garçons » à mettre les assiettes. C'est rapidement fait. Anthony, Louis et François s'attablent et chahutent un peu »

Pour lire ces cinq pages en intégralité, cliquez ici