Place à l’écologie humaine dans notre manière d’habiter !

Changeons notre manière d’habiter : place à l’écologie humaine !

Après avoir découvert, dans notre premier article, l’écologie humaine, nous vous proposons ici de plonger dans le concret. Car oui, nos habitats partagés sont des lieux où l’écologie humaine se vit au quotidien !  

Nous vous proposons un dossier spécial sur l’écologie humaine au travers deux articles :

> Qu’est-ce que l’écologie humaine ? accessible ici 

> Changeons notre manière d’habiter : place à l’écologie humaine, sur cette page.

Écologie, humanité et habitat

Depuis le début de la crise sanitaire, les confinements successifs ont mis en lumière les inégalités sociales. D’après le dernier rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre, cela concerne notamment l’accès à un logement. Tous les citoyens ne disposent pas du même cadre de vie, ce qui peut avoir des incidences sur leur développement social, professionnel et psychique.

De même, l’accès à l’environnement et à une sensibilisation aux enjeux écologiques n’est pas le même pour tous. Comment changer notre façon d’habiter pour la rendre plus viable et durable ? En cela, l’écologie humaine, courant de pensée replaçant l’Homme au centre des préoccupations environnementales, s’attache à changer notre relation à la Nature et à la société.

De manière générale, nous sommes appelés à sortir de la segmentation entre écologie et développement social. La vision d’un homme dominant sur une nature dégradée serait également à dépasser. Environnement et société sont compatibles à condition d’établir entre eux un rapport vertueux de réciprocité.

L’être humain au centre de l’écologie

 

Les Hommes sont responsables de leur milieu naturel car ils ont des incidences directes sur lui. L’homme possède plusieurs facettes :

Une dimension physique

Une dimension psychique

Une dimension intellectuelle

Une dimension spirituelle

Toutes ces facettes lui donnent son intégrité et lui permet d’évoluer dans la nature.

Par conséquent, l’écologie humaine est à la fois un mouvement intellectuel, une philosophie de vie et des actions concrètes à mener chaque jour. Dans son livre 67 recettes de bonheur, l’écologie humaine en actions (2018), Tugdual Derville nous propose des fiches thématiques pour passer de la théorie à la pratique. 

En effet, notre habitat peut devenir le lieu du déploiement d’une écologie à taille humaine. Changer son mode de consommation, trouver sa place dans la société, regarder l’autre avec bienveillance… Tous ces fondements nous montrent que l’habitat peut devenir le support d’actions écologiques et humaines. Au sein de nos Maisons de Vie et de Partage, ces initiatives fleurissent de jours en jours.

L’écologie humaine dans nos Maisons de Vie et de Partage

Nos Maisons de Vie et de Partage, dont la taille reste humaine, s’attachent à proposer un habitat aux personnes isolées. L’essence même de ces maisons est cette symbiose entre une qualité de vie la meilleure possible et le respect de l’environnement.

Nos jeunes volontaires en service civique participent au quotidien à cette démarche d’écologie humaine. Pour les sensibiliser à cette thématique, ils ont assisté à une formation le 3 mai en visioconférence. Ils ont écouter le témoignage de Camille Morvan, architecte concepteur, de la Maison de Vie et de Partage de Briançon. Cette maison accueillera une famille et  quatre femmes isolées.

Dans la construction, l’écologie humaine se retrouve par exemple dans le choix des matériaux employés. Par exemple, il est préférable d’utiliser de la laine de bois plutôt que du polystyrène pour l’isolation des murs. Ou encore d’utiliser des panneaux solaires. Ces petits changements permettent l’accomplissement d’un développement plus durable et plus sain pour les habitants.

Mais qu’en est-il des autres habitats partagés ?

A Saint-Etienne, à la maison PARM, les colocs veillent à trier leurs déchets de manière responsable, aidés notamment par Madeline, actuellement en service civique. De même, ils entretiennent un jardin-potager où sont cultivées (entre autres !) des tomates. L’écologie humaine se vit également entre les colocs pour qui la communication et l’écoute s’expérimentent au quotidien.

A Bondues, en région lilloise, un projet de permaculture a vu le jour, au cœur même de l’habitat partagé. Il consiste en l’installation et la gestion d’un jardin de 3000 m² dédié à l’agriculture et à l’apiculture. Marine, notre jeune service civique s’attache à fédérer les colocs autour de ces belles activités. Trois demi-journées par semaine, les habitants partagent des moments dans le jardin. Entre élevage des poules, gestion des ruches et agriculture (légumes, fruits), pas le temps de s’ennuyer ! Cultiver son jardin, c’est aussi apprendre la patience, la cohésion de groupe et l’écoute. Cette écologie humaine s’expérimente sans cesse et promet de belles réussites futures.

Et dans la maison Saint-Jean de Buglose ?

De même, à Buglose, la pratique de l’apiculture est en vogue avec des dizaines de milliers d’abeilles hébergées dans la ruche de la maison. Toutes ces actions aident à créer du lien entre les habitants et leur environnement.

Depuis le printemps dernier, notre association a choisi de mettre en place un potager collaboratif. Grâce à cet espace de rencontre, nous souhaitions créer du lien entre les bénévoles et les futurs habitants de notre Maison de Vie et de Partage. Ici, chacun apporte sa pierre à l’ouvrage en fonction de ses capacités. Par l’entraide et l’échange, nous sensibilisons également sur la préservation de l’environnement.
page 4 regard
Sophie Blandin
co-fondatrice de l’association Maison de Vie et de Partage Saint-Jean de Buglose

La maison Saint-Jean en photo

Pour nous, l’écologie humaine est appelée à devenir le mode de vie de demain. Merci à tous pour la réalisation de toutes ces initiatives !

Découvrez la suite de notre dossier

Copyright : FLS – Camille Morvan – Maison Saint-Jean de Buglose

Autres actualités récentes

Abonnez-vous à notre newsletter :