L’habitat partagé au service de la fragilité : l’extension de la maison PARM

L'habitat partagé au service de la fragilité : l'extension de la maison PARM

La FLS a co-construit un projet d’extension de la maison PARM (Saint-Etienne), avec l’association du même nom. Les travaux ont déjà commencé, afin d’accueillir sept nouveaux locataires.

Qu'est-ce que la maison PARM ?

La Maison de Vie et de Partage  PARM a accueilli ses premiers habitants en 2019. Elle propose un logement à des adultes en situation de handicap mental. Située au cœur de Saint-Etienne, PARM accueille aujourd’hui quatorze colocataires, soutenus par cinq accompagnants, responsables de maison ou jeunes en service civique.

Forte de son succès, cette Maison de Vie et de Partage entend s’agrandir pour que de nouveaux habitants puissent s’y installer.

Raphaël Reocreux, architecte établi à Saint-Etienne, travaille sur ce projet d’extension. Il nous a livré son témoignage.

Raphael Reocreux
Raphaël Reocreux, architecte à Saint-Etienne

Le projet d'extension de PARM, vu par l'un de ses architectes

FLS : Qu’est-ce qui vous a poussé vers la Maison de Vie et de Partage PARM de Saint Etienne ? Raphael Reocreux : En 2018- 2019, nous avons réalisé la déconstruction et la réhabilitation de la Maison de Vie et de Partage PARM au 18, rue Elisée Reclus à Saint-Etienne. 

Les projets de rénovation comprennent des contraintes particulières et celui-ci ne faisait pas exception. Avec l’ajout d’un agrandissement pour gagner de l’espace sur la cour et plusieurs niveaux dans le bâtiment, nous avons accepté le défi de cette innovation. Avec mon associé, nous partageons également cette vision de réaliser des logements un peu différents mais surtout plus adaptés au futur habitant. L’idée de faire un lieu vis-à-vis des besoins des personnes souvent exclues et de rester à taille humaine nous a tout de suite touchés. Nous sommes ravis, d’avoir été choisis pour la réalisation de cette extension.

 

FLS : Quelle est la particularité du projet d’extension de PARM ?

Raphael Reocreux : La démarche de la FLS est rare dans le milieu du logement. Ils trouvent d’abord les besoins et construisent ensuite un projet sur-mesure. Sans modèle tout fait, chacune de leurs maisons est unique. Pour nous, c’est d’autant plus stimulant, car nous devons nous projeter dans la vie des futurs habitants. Sur le plan architectural, le projet du 17 est plus simple que la maison mère du 18 rue Elisée Reclus. 

La rénovation prévoit la réalisation d’une colocation pour 7 jeunes en situation de handicap mental sur un seul étage. Chacun aura son espace de vie privatif. Lieu important pour des jeunes en situation de handicap mental, les espaces communs sont regroupés. Ils comprennent la cuisine et le salon pour permettre à tous d’échanger et de réellement vivre ensemble. De plus, un challenge ici est de respecter le patrimoine de cette ancienne bâtisse tout en adaptant un espace de vie confortable pour les jeunes.

FLS : Comment concevoir un habitat partagé durable dans le temps ?

 Raphael Reocreux : Le projet de la Maison de Vie et de Partage PARM ainsi que son extension nous a permis d’adapter notre mode de réflexion. Pour réaliser un habitat partagé, nous partons de l’idée de « créer un espace de vie à l’échelle humaine et familiale ». 

Puis, nous réfléchissons aux techniques à notre disposition pour adapter au mieux les lieux aux besoins. Vis-à-vis de nombreux projets de logements sociaux, la grande différence est la liberté qu’offre la FLS dans le but de rendre le projet pérenne dès la conception. Ainsi, nous concevons les lieux de façon à ce qu’ils soient évolutifs dans le temps.

Merci à Monsieur Reocreux pour son témoignage. Nous vous tiendrons au courant de l’avancée des travaux !

Plus en détails

Autres actualités récentes

Abonnez-vous à notre newsletter :