Béatrice revient chez elle …

Béatrice revient chez elle …

En 2003, Béatrice et Gilles décident de faire construire un pavillon dans la banlieue lyonnaise et de s’y installer avec leurs quatre enfants. A l’époque, elle travaille pour une association

 

caritative tandis que son mari est artisan.

Malheureusement, très vite Gilles se retrouve arrêté pour longue maladie et les échéances de la maison ne peuvent plus être honorées grâce au seul salaire de Béatrice. Les difficultés ne vont alors plus cesser de s’accumuler…

En 2006, Gilles est mis en liquidation judiciaire et mariés sous le régime de la communauté de biens, les dettes sont divisées entre les deux conjoints. Le couple se sépare. La mise en vente judiciaire de la maison est demandée.

Depuis 2009, Béatrice travaille pour un service d’action sociale et n’hésite pas à travailler en plporte rougeus la nuit en tant qu’intérimaire pour « mettre du beurre dans les épinards ». Et puis désormais, il n’y a plus que Kevin, le plus jeune, qui vivent encore avec elle. Les trois autres volent désormais de leurs propres ailes.

Il faut dire que même au plus noir de ses difficultés, Béatrice a toujours été attentive à la scolarité de ses enfants et a fait en sorte qu’ils puissent atteindre un niveau scolaire assez élevé pour trouver un emploi sans (trop) de difficulté ! Son rêve aujourd’hui : pouvoir racheter un jour ce pavillon qu’elle a perdu suite à sa saisie ! Mais cela semble difficile avant au moins quatre ou cinq ans …

Qu’à cela ne tienne, la Fondation pour le Logement Social est pleinement dans son rôle lorsqu’elle tend la main à une mère de famille qui n’a jamais baissé les bras face aux épreuves. C’est la raison pour laquelle la FLS a décidé de racheter ce pavillon et de lui permettre d’y vivre en tant que locataire jusqu’à ce que sa situation financière lui permette de le racheter avec l’aide de ses enfants !

Et puis Béatrice vient d’obtenir un agrément d’aide maternelle qui lui permettra d’accueillir 3 enfants chez elle à compter du mois de janvier. Gageons qu’elle les élèvera aussi bien qu’elle le fit pour les siens …