Saint-Etienne : les travaux se terminent

La première pierre était posée fin 2015. Trois ans plus tard, les travaux se terminent. Et les premiers emménagements s'organisent.

Focus sur les dernières avancées de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne.

La fin des travaux, en vidéo et en images

On leur souhaite une bonne installation, que la maison se remplisse bien vite !

Reine-Lise, association PARM

JE SOUTIENS L'OUVERTURE

Ils ont rejoint l'aventure

Sur l'année 2018, trois nouveaux mécènes sont venus accompagner les travaux de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne : la Fondation Masalina ; la Fondation Scaler et la Fondation Monoprix.

Ils viennent rejoindre les autres financeurs de ce projet :

  • la Caisse d'Epargne Loire Drôme Ardèche
  • la Ville de Saint-Etienne
  • l'Etablissement Public d'Aménagement de Saint-Etienne (EPASE)
  • la Fondation MMA

Merci à tous de cette confiance accordée en la FLS et PARM !

LA MAISON DE SAINT-ETIENNE

La Maison de Vie et de Partage, en bref 

  • Située en ville, à proximité des transports en commun
  • Un investissement de la FLS permettant des loyers modérés
  • Animée, dans le fonctionnement, par des associations partenaires, accueillant en colocation des personnes en situation de fragilité et des accompagnants
  • Des projets à taille humaine, permettant une vie partagée favorisant l’autonomie des résidents

Nos précédentes publications

Saint-Etienne – Une visite de chantier mobilisatrice

Aujourd’hui l’ouverture de la Maison de Vie et de Partage de Saint Etienne est proche. En 2015, la FLS et l’association PARM, entourés de leurs partenaires, posaient la première pierre de la Maison de vie et de partage de Saint-Etienne. Véritables colocations entre des personnes handicapées et valides au cœur des villes, ces logements sociaux […]

Continue reading

Samuel : un seul-en-scène bouleversant

Ce dimanche 15 octobre, plus de 300 personnes étaient rassemblées à la Salle Jeanne-d’Arc de Saint-Etienne pour découvrir un spectacle bouleversant sur la différence et la tolérance, en faveur de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne. Lumières sur ce moment unique.   Dans son article, Le Progrès partage sur la qualité du projet artistique de […]

Continue reading

Saint-Etienne : l’association PARM interpelle les entrepreneurs

«  Le trésor que je vous laisse, c’est le bien que je n’ai pas fait et que vous ferez après moi » disait Raoul Follereau… Durant près de 60 ans, Raoul Follereau défend les plus exclus. Il œuvre d’une part à combattre les lèpres et leurs effets, et lutte d’autre part contre les a-prioris de chacun vis-à-vis […]

Continue reading

Maison de Saint-Etienne : première pierre posée !

Mardi 20 octobre dernier avait lieu la pose de la Première pierre de la Maison de Vie et de partage de Saint-Etienne (42). Pour ce moment de fête, plus d’une centaine de personnes se sont réunis, parmi lesquels Gilles Artigues, représentant le Maire Gaël Perdriau, Roland Romeyer et Dominique Rocheteau de l’ASSE, les jeunes résidents, […]

Continue reading

A Saint-Etienne, une maison de vie et de partage

Une maison de vie et de partage est en cours de réalisation à Saint-Etienne (42).  Ce dimanche, c'était le quotidien local Le Progrès, qui faisait connaître ce projet de vivre-ensemble entre personnes handicapées et personnes valides.   Cliquez sur l'image ci-dessous pour lire l'article en intégralité. Si vous souhaitez soutenir cet habitat partagé, rendez-vous sur […]

Continue reading

Colloque FLS à l’Assemblée nationale

Le 5 octobre dernier se tenait un colloque à l'Assemblée nationale consacré au financement privé du logement social en France. Organisée par la FLS, cette réunion fut l'occasion de mettre en avant des solutions solidaires, permettant de toujours mieux loger les plus fragiles.

La FLS, acteur innovant

La finance solidaire, les partenariats privés et des modèles alternatifs sont utiles pour répondre à l’urgence des besoins en matière de logement. La FLS, en organisant ce colloque, souhaite affirmer son intention de conjuguer ces  différents leviers de financement, en mettant en place des actions concrètes. Parce que si le cadre législatif évolue, c’est aux acteurs du monde du logement social de porter la révolution des usages. Extrait du discours de clôture :

Nous ferons bouger les lignes ! Nous pourrons aller à contre-courant des idées reçues quant au logement social.En effet, logement social peut être synonyme d’inclusion. La fragilité quant à elle peut trouver sa place en cœur de ville… Quand certains qualifient la taille humaine de la FLS comme une faiblesse, nous disons qu’elle est notre force !

Michel RECIPON, Président de la FLS

Tour d'horizon des interventions

Face à l’inadaptation progressive de la société, il est urgent de rendre nos villes accessibles et inclusives. Il est alors nécessaire de faire dans le point de croix, la dentelle et des organismes comme la Fondation pour le Logement Social deviennent indispensables pour compléter l’offre industrielle des bailleurs sociaux plus importants. Il me semble indispensable que les personnes qui ne rentrent pas dans les cases puissent trouver une solution pérenne en matière logement.

Guillaume Vuilletet, député du Val d'Oise, Commission des Lois

Les coopératives se distinguent des autres fournisseurs de logements, du fait que leurs membres en sont conjointement propriétaires et en assurent ensemble le contrôle, selon le principe d’un vote par personne. Les coopératives ne sont pas avantageuses seulement pour leurs membres directs ; elles servent aussi l’intérêt public d’une manière plus vaste.
Les coopératives s’organisent en dehors de l’intervention de l’État mais des conventions de partenariat existent entre les deux parties. Grâce à ces contrats de coopération, Hambourg évite les trop fortes concentrations de ménages précaires.

Matthias Kock, Secrétaire d’État allemand au Développement Urbain

La Fondation Scaler, groupe familial, soutient le domaine du logement depuis plusieurs années. Le projet de la Maison de vie et de partage de la FLS à Saint-Étienne a séduit la Fondation Scaler car il touche les personnes porteuses de handicap mental, très peu prises en charge par l’État une fois devenues adultes. Notre Fondation a été interpellée par le projet !

Bénédicte Boissonnas, Présidente de la Fondation Scaler

En économie, le logement n’est pas un bien comme les autres car il relève à la fois de la micro-économie par l’utilité que chacun peut en retirer, mais aussi de la macro-économie comme composante des politiques publiques. En somme le
logement est un projet de société. On le sait, avoir un logement c’est avoir une identité sociale. Le logement est donc
à mettre en lien avec la politique sociale, le travail, l’intégration, le vivre ensemble… De ce point de vue, le logement relève de l’économie du bien commun comme l’environnement ou les politiques régaliennes de l’Etat.

Jean-Axel Dieudonné, Consultant spécialiste des outils de la finance solidaire

Les acteurs de l’ESS, et notamment du logement social, ont toujours su innover par une ingénierie juridique et financière toujours plus poussée pour mettre en oeuvre leurs projets dans un but d’utilité sociale.

Me Jean-Baptiste Croizier, Avocat au Barreau de Lyon, Cabinet DELSOL Avocats

Retrouvez la synthèse de l'ensemble des interventions dans le document à télécharger ci-dessous.

Il est urgent de remettre le problème de la précarité du logement au centre des préoccupations en matière de logement et de mobiliser l’ensemble des outils des trois sphères de production de l’économie (la solidarité nationale, le marché et la société civile) au service de cette préoccupation, en diffusant les valeurs de solidarité propre au logement. Encourageons également le triptyque expérimentation/innovation/diffusion.

Gilles Desrumaux, Délégué Général de l'UNAFO, membre du HCLPD

Sans logement, on note souvent la déconstruction des liens sociaux et familiaux, la disparition des rapports de proximité et d’assistance, l’isolement social, la solitude, voire le sentiment d’abandon, de désolation. L'habitat n'est pas un domaine périphérique de l'existence humaine, bien au contraire.

Frédéric Monot, Délégué Général de la Fondation du Crédit Mutuel

LA FLS REMERCIE L'ENSEMBLE DES INTERVENANTS A CE COLLOQUE.

Atelier « jeu-concours » avec Activ’eau

Depuis 2 ans déjà, la FLS met en place des ateliers à destination des familles logées, qui sont une véritable occasion  d’approfondir ensemble des sujets liés à leur vie locative, mais aussi les difficultés rencontrées au quotidien … Ainsi, nous sommes heureux de constater l’assiduité de certains locataires , qui répondent souvent présents aux ateliers.

En octobre dernier, la Fondation a organisé son premier atelier « jeu-concours ». Le thème ? La gestion du budget !

Une occasion pour nos familles logées de revenir sur les sujets abordés pendant les précédents ateliers. Réparties en équipes, elles ont pu créer ou consolider des liens entre elles.

"Ces ateliers nous permettent de nous poser des questions pourtant essentielles dans notre quotidien, qu'on ne se pose pas toujours"  nous dit Madeleine.

" Je viens aux ateliers de la FLS car j'y apprends beaucoup de choses, mais aussi pour la convivialité" nous dit Zoheïr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gestion des comptes, économie d'énergie... Aucun sujet n'a été oublié! Et nos locataires participants, contents d'être ensemble, ont su relever le défi, puisque les résultats finaux étaient très serrés!


Pour toutes les équipes participantes, notre partenaires Activ'eau nous a fait don de prix! Des cadeaux permettant bien sûr à nos locataires de faire des économies :  économiseurs d’eau pour robinet et douches, sablier de douches …qui leur permettront de faire jusqu’à 75% d’économie d’eau.

La FLS remercie son partenaire Activ’eau, de sa générosité !

Merci à nos familles logées de leur fidélité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La FLS , 30 ans d’innovation !

Dans le contexte de la promulgation de la Loi ELAN, les acteurs du monde du logement social tels que la FLS, doivent trouver leur place et revendiquer leur spécificité. Ainsi ils pourront continuer d’exister et d’agir !  La Fondation pour le Logement Social organise son premier colloque à l’Assemblée Nationale le 5 octobre prochain.

La FLS n’a cessé durant ces dernières années de développer des projets adaptés à différentes fragilités, que ce soit avec les Maisons de Vie et de Partage, ou encore dans l’accompagnement des familles logées. Dans le climat économique actuel, la FLS doit faire face à la baisse des subventions publiques… Pourtant notre Fondation prend le parti d’être toujours dans l’action et dans l’innovation.

Et pour continuer d’agir, le dialogue et la réflexion sont nécessaires.

Un colloque organisé à l'initiative de la FLS

Véritable tour d’horizon du financement du logement social, ce colloque donnera la parole à une multitude d’intervenants de différents secteurs. Avocats, Consultants financiers, Mécènes, acteurs associatifs du logement social, interlocuteurs étrangers… Tant d’experts qui nous feront part de leur vision concernant le renouveau du logement social.

Vous souhaitez y participer ?

INSCRIVEZ VOUS AVANT LE 27 SEPTEMBRE

Investissez votre don dans l’immobilier

Avec un fonctionnement presque exclusivement privé, la FLS privilégie des réponses fondées sur l’indépendance par rapport à l’Etat. La Fondation a besoin des dons pour développer ces solutions, innovantes et de proximité.

NOS MAISONS, UN TÉMOIGNAGE DU VIVRE-ENSEMBLE

Guillemette, mère de Pauline, membre du groupe d’amitié de l’habitat partagé de Normandie :

Les Maisons de Vie et de Partage sont un vrai témoignage du vivre ensemble où l’on se rend vite compte que l’aidé devient aidant. Je vis cette expérience au quotidien avec ma fille Pauline.

Dès que j’ai une petite contrariété elle le ressent sans même que je ne lui en parle, et va tout faire pour me consoler… Cette sensibilité et cette compassion propres aux personnes handicapées sont des trésors, trop souvent méconnus de la société.

Les Maisons de Vie et de Partage, par leur ouverture sur l’extérieur, représentent un moyen de partager au monde ces richesses et de faire évoluer les mentalités.

POURQUOI VERSER MON IFI A LA FLS ?

Des projets forts de sens

Des réponses logements innovantes

Une vision dynamique

Un accompagnement des plus fragiles dans leur parcours d'insertion

Des frais de fonctionnement peu élevés

Une reconnaissance par les tiers : labellisation ESUS ; labellisation AFNOR ; utilité publique 

Mon don à la FLS, défiscalisé IFI

Le seuil d’entrée dans l’IFI et le barème n'ont pas été modifiés mais, contrairement à l’ISF, l’IFI ne prend en compte que les biens immobiliers. Il concerne les contribuables au patrimoine immobilier net taxable supérieur à 1,3 millions d’euros.

Comment réduire votre IFI ?

Si vous êtes redevable de l'IFI, 75% du montant de votre don sont déductibles de votre Impôt sur la Fortune Immobilière, dans la limite de 50 000 € (en cas d’investissement direct ou indirect dans une PME, avant le 31 décembre 2017, le plafond est ramené à 45 000 €). Depuis le 1er janvier 2018, les investissements dans les PME ne sont plus déductibles de l’IFI.

Evaluez le montant du don qui vous permettra de réduire votre impôt au maximum :

 

Mon IFI s'élève à : Je fais un don à la FLS de : Je déduis de mon IFI : Suite à cette déduction fiscale, mon IFI me revient à :
1 000€  1 333€  1 000€ 0€
3 000€  4 000€  3 000€ 0€
 9 000€  12 000€ 9 000€ 0€
15 000€   20 000€ 15 000€ 0€
 50 000€ 66 667€  50 000€ 0€

Calendrier 2019 de déclaration de l'IFI

A partir du 16 juin 2018, vos dons que vous souhaitez défiscaliser sur l'Impôt sur la Fortune Immobilière seront à intégrer dans votre déclaration IFI de l'année 2019. Dès que nous aurons des informations sur le calendrier à respecter, nous vous les transmettrons.

Nous répondons à quelques-unes de vos questions récentes !

JUSQU'À QUAND PUIS-JE FAIRE UN DON DÉDUCTIBLE IFI ?

Votre don doit nous parvenir avant la date limite de déclaration de votre IFI. Vous pourrez vous reporter au calendrier que nous vous transmettrons pour 2019 d'ici quelques mois. C'est la date de réception de votre don qui fait foi.

 

COMBIEN DE TEMPS DOIS-JE GARDER MON REÇU FISCAL FLS ?

Le reçu fiscal est à conserver et à produire en cas de demande de l’administration fiscale pendant les 3 années qui suivent votre déclaration.

JE FAISAIS UN DON TOUS LES 2 ANS ET REPORTAIS L’EXCÉDENT L’ANNÉE D’APRÈS SUR MA DÉCLARATION ISF ...

Cela n'est plus possible. L'excédent n'est pas reportable l'année suivante dans le cadre de l'IFI. Mais si votre don dépasse la limite de 50 000€ ou le montant de votre IFI, vous avez la possibilité d'en déclarer une partie pour défiscaliser votre IFI et l'autre pour défiscaliser votre Impôt sur le Revenu.

D'autres questions ?

Sonia Araujo - relations bienfaiteurs

01  56 08 30 22 - saraujo@fls-fondation.org

Saint-Etienne – Une visite de chantier mobilisatrice

Aujourd’hui l’ouverture de la Maison de Vie et de Partage de Saint Etienne est proche. En 2015, la FLS et l’association PARM, entourés de leurs partenaires, posaient la première pierre de la Maison de vie et de partage de Saint-Etienne. Véritables colocations entre des personnes handicapées et valides au cœur des villes, ces logements sociaux représentent une innovation humaine et solidaire. Zoom sur ce projet, à l’occasion de la visite de chantier du jeudi 5 avril dernier.

 

Un projet ambitieux

A Saint-Etienne, le siège social est actuellement réhabilité, pour accueillir une Maison de vie et de partage.

Représentant un investissement de 1,8M d’euros et plus de 40 mois de travaux, la Maison de Saint-Etienne (42) nécessite la mobilisation d’acteurs locaux et nationaux, notamment :

  • la Caisse d’Epargne Loire-Drôme Ardèche
  • la Fondation MMA
  • la Fondation d’entreprise Safran pour l’Insertion
  • la Mairie de Saint-Etienne
  • l'Etablissement Public d'Aménagement de Saint-Etienne (EPASE)

Et les donateurs accompagnant autant la FLS que l'association PARM. Merci à tous de croire en cette initiative locale, au service des personnes handicapées.

 

 

Une Maison pour ...

A l’ouverture courant-2018, 14 personnes handicapées mentales et 5 personnes valides y vivront ensemble.

Afin de répondre aux besoins d’autonomie des futurs résidents, le lieu sera divisé entre studios, parties communes et un grand appartement partagé au deuxième étage.

L'association Pierre d’Angle de Raoul et Madeleine (PARM) réalisera la gestion et l'animation du lieu de vie, dans une atmosphère familiale. Ses principes ?
- "Faire avec" la personne fragile et non à sa place
- La personne handicapée accueillie possède des dons et des talents à faire fructifier.

ZOOM sur la visite

Après plusieurs mois de chantier, la transformation des locaux stéphanois en maison de vie touche à sa fin. Au travers la visite guidée orchestrée par le cabinet d'architectes Tassin et Réocreux et le chef de projet Stanislas Blandin, la FLS a souhaité montrer à ses partenaires et aux potentiels familles concernées le chemin parcouru.

Pour cela, deux visites de chantier ont été organisées : l’une pour les partenaires et l’autre pour les proches de l’association PARM. Au travers de ces visites, la FLS a souhaité partager son ambition de construire une réponse adaptée aux sollicitations des familles venant à la rencontre de la FLS, grâce au concept de « Maison de Vie et de Partage ».ZOOM sur la visite

S’en est suivi un apéro dînatoire qui a permis à chacun de partager ce qu’il avait ressenti lors de la visite, ce qu’il souhaitait pour cette maison et son futur résident.

La visite a été appréciée par tous, et a permis notamment aux familles et aux jeunes de se projeter dans un logement, un esprit et une ambiance.

La visite, dans la presse

Témoignages auprès de jeunes

« Vous êtes l’avenir, le monde sera, demain, ce que vous voudrez qu’il soit ».  A l’image de Raoul Follereau, la FLS souhaite interpeller les jeunes. Avec une matinée de témoignages à l’école Buc Ressources le 9 mars dernier, cette mobilisation est réussie. Zoom sur ces moments.

Une matinée pour découvrir l'exclusion

Lors d’une semaine de formation sur les formes de la solidarité à l’institut Buc Ressources dans les Yvelines (78), la FLS a été invitée à témoigner auprès de futurs éducateurs spécialisés. L’occasion pour Agnès Bastien, directrice, de présenter la FLS, et d’évoquer la nécessité de la présence d’acteurs privé dans le social.

Des études de cas  anonymisées  en matière d’accompagnement social des locataires de la FLS ont particulièrement retenu l’attention de la trentaine de jeunes participants. Les jeunes ont laissé cours à leur réflexion et ont proposé des dispositifs d’accompagnement sérieux et professionnels.

Tous ont également été très sensibles aux projets de Maison de Vie et de Partage, certains ayant déjà effectué des stages dans d’autres lieux d’habitat inclusif. L’interpellation à s’y engager en tant que volontaire service civique ou futur assistant fut accueillie avec intérêt par ces futurs professionnels de l’action sociale.

Les jeunes de l'école Buc Ressources réalisent des études de cas

Partage de notre directrice Agnès Bastien sur les Maisons de Vie et de Partage

De l'importance de témoigner

Depuis 30 ans, la Fondation lutte contre toute forme d’exclusion. En effet, Raoul Follereau, qui a lutté contre la lèpre aimait à rappeler qu’il fallait agir contre toute les formes de lèpre. Et pour perpétuer son combat, il s’adressait surtout aux jeunes du monde. Dans cet esprit, la FLS a accepté la sollicitation à participer à cette action.

Ce partage a permis la sensibilisation des jeunes sur les enjeux actuels sociétaux, tant concernant le logement des plus fragiles que l’accompagnement de personnes en situation de handicap. Mais surtout, il fut l’occasion d’éveiller de jeunes adultes à la rencontre de l’autre dans sa diversité, sa richesse et sa fragilité.

Vous souhaitez que des jeunes ou étudiants de votre territoire soient sensibilisés aux actions de la FLS ? Un temps de témoignage peut s’organiser avec Sonia Araujo saraujo@fls-fondation.org

Lettre de Michel Récipon aux donateurs

Madame, Monsieur,

“Ça fait 3 fois que je suis heureux aujourd’hui !” me disait Louis, résident de la Maison Saint-Jean-Paul II de Versailles. Jeune homme handicapé mental de 26 ans, Louis vit désormais depuis un an dans cette Maison de Vie et de Partage. Lorsque Louis m’a dit ça, un journaliste sortait de la maison, après avoir partagé un goûter et réalisé une visite guidée de celle-ci. C’est là une joie de voir les médias s’intéresser à notre innovation, à notre combat... et surtout c’est une joie de voir Louis et nos bénéficiaires heureux.

 

Je ne vous cache pas que la FLS s’est engagée dans un gros défi en ouvrant plusieurs Maisons de Vie et de Partage. Elles sont nécessaires, et surtout beaucoup de familles sont en attente. A Saint-Etienne, les travaux sont bientôt finis. A Lourdes et en Normandie, nous rassemblons les fonds pour acheter les maisons au plus vite. Et ce sont 3 études sérieuses que nous menons actuellement pour de futures maisons. Nous nous devons de trouver les moyens financiers pour répondre à ces attentes. Votre soutien fidèle représente pour nous un grand honneur. Et j’ose croire que vous serez au rendez-vous en cette fin d’année pour nous encourager.

D’autant qu’au-delà de ces Maisons, la FLS continue de se tourner vers les familles les plus fragiles. A Rambouillet (78), les premières arrivées se décident en cette fin d’année avec des personnes réfugiées du Moyen-Orient. Au Perreux-sur-Marne (94), une jeune femme seule, avec de faibles ressources, emménage, lui permettant de construire localement son projet de vie.

Raoul Follereau interpellait déjà en son temps :

“ce dont une personne fragile a besoin, c’est moins d’assistance que de compréhension et d’amitié”.

En soutenant la FLS, vous accompagnez les plus fragiles à accéder à un logement pérenne. Vous permettez à nos bénéficiaires de vivre de l’amitié, et de la compréhension. Vous rejoignez la famille de la FLS, une famille à taille humaine, mettant la dignité de chaque homme au cœur des actions menées ; une famille animée par les sourires et la joie de leur public.

En soutenant la FLS, vous mettez à l’honneur la fraternité envers et entre les personnes fragiles.

Michel RECIPON, Président

Des moments de fraternité récents

"CE DONT UNE PERSONNE FRAGILE A BESOIN, C'EST MOINS D'ASSISTANCE QUE DE COMPRÉHENSION ET D’AMITIÉ"

Raoul Follereau

Des moments de fraternité récents

Quand la fragilité rassemble

Samedi 14 octobre dernier, nos bénéficiaires étaient rassemblés pour se rencontrer dans le cadre de la 1ère journée FLS "Quand la fragilité rassemble". Au programme : cuisine collective, peinture d'une grand fresque, partage sur la fraternité ... Bref, de l'amitié et de la vie partagée !

 

L'objectif : faire ensemble

Sur cette journée, le « faire ensemble » était moteur, pour la petite cinquantaine de personnes présentes.

A l’activité cuisine, des petits groupes mélangeant adultes handicapés, bénévoles, maîtresses de maisons, ou encore familles réfugiées d'Irak ont favorisé la rencontre et le faire-ensemble.

L’après-midi, chaque groupe partage sur des ateliers spécifiques, allant de la création d'une fresque sur la fraternité à la composition d'une chanson, en passant par des jeux sur des gestes d'économies d'énergies. 

Résultat : un moment chaleureux, convivial et sympathique !

Merci à tous !

Dans le cadre de la création de Maisons de Vie et de Partage partout en France par la FLS, de telles journées favorisant l'amitié et le partage d'expériences sont essentielles. Un merci tout particulier à ces deux partenaires qui ont accepté de relever ce défi avec la FLS :

  • la Fondation SNCF dans le cadre de son dispositif "Faire ensemble au-delà de nos différences"
  • le Groupe Local d’Intégration et de Compensation du Handicap – GLICH -  de RTE Nord

La Fondation tient également à remercier ceux qui ont permis à cette journée de voir le jour : Eatsensitive pour l'animation de l'atelier du matin, et la paroisse Notre-Dame de Lorette pour l'accueil, et la Maison des associations du 15ème arrondissement de Paris pour l'accompagnement du projet. Enfin, remercions chaleureusement Matthieu Salabelle, organisateur hors-pair de cette journée !

Rendez-vous en 2018 pour la deuxième édition, merci à tous !

Et en attendant, nous vous partageons quelques photos de la délégation de l'association PARM de Saint-Etienne, qui a profité du beau temps pour finir la journée dans les rues de Paris, avec la fresque sous le bras.  

J'ACCOMPAGNE CES JOURNEES

Samuel : un seul-en-scène bouleversant

Ce dimanche 15 octobre, plus de 300 personnes étaient rassemblées à la Salle Jeanne-d’Arc de Saint-Etienne pour découvrir un spectacle bouleversant sur la différence et la tolérance, en faveur de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne. Lumières sur ce moment unique.

 

Un spectacle émouvant

Dans son article, Le Progrès partage sur la qualité du projet artistique de ce seul-en-scène 

Avec humour et tendresse, le texte (signé Sandrine Gelin et Jean-Luc Bosc qui en a imaginé la mise en scène) raconte l’itinéraire d’un enfant porteur de trisomie. Il a été écrit à partir de l’expérience professionnelle de Sandrine, de la vie de Samuel, de témoignages et de lectures. Avec talent, la comédienne se met dans la peau de multiples personnages pour évoquer différentes situations auxquelles un enfant trisomique et ses proches peuvent être confrontés.

Un spectacle débordant d’émotion, où la faiblesse, les peurs et les doutes légitimes, qui vous assaillent face à l’irruption d’un tel événement dans sa vie, peuvent déboucher sur la force, l’ouverture, la tolérance et l’amour, quand les peurs s’estompent.

Monsieur le Maire, Gaël Perdriau, a également été touché par ce sujet et par la pièce, comme en témoigne son long post sur Facebook 

Un MERCI tout particulier
à Jean-Philippe Terme et Jean-Michel Morel, administrateurs de l'association PARM,
qui ont porté l'organisation de cette manifestation.

Un relais local indéniable

A cette occasion, la presse locale s'est mobilisée pour mettre la lumière sur ce projet. Et pour donner au passage, des nouvelles du chantier de la Maison de Vie et de Partage. Extrait de l'article de L'Essor du 6 octobre dernier :

Des espaces collectifs sont prévus dans l'idée de constituer ainsi un « appartement partagé » par les résidents sur un mode voulu « familial ». Cette résidence non-médicalisée, répond au besoin d'autonomie, encadrée, d'adultes handicapés mentaux, principalement trisomiques, qui n'ont pas de lieu de semblable dans la ville. Elle devrait engendrer la création de six emplois pérennes et une activité évaluée à 250 000 € de fonctionnement annuel.

En cliquant sur chacune des images ci-dessous, retrouvez l'article dans son intégralité.