Maison de Versailles : les travaux commencent !

Ca  y est, depuis quelques jours, les travaux ont commencé ! Le compte à rebours commence avant l'emménagement d'Anthony, de Louis, de Paul-Marie, ... Zoom sur les avancées de la Maison Jean-Paul II, au travers l'interview de l'architecte du projet, Sylvain Boureau. 

Comment avez-vous connu le projet ?

Tout simplement, j’ai répondu à un appel lancé par la FLS. J’ai tout de suite été très enthousiasmé par ce projet, par cette maison. Quand ma candidature a été retenue, cette formidable aventure a commencé. De là a débuté ma belle découverte des Maisons de Vie et de Partage d’une part, et de la Maison Jean-Paul II d’autre part.

 

Pourquoi avoir candidaté pour porter avec la FLS les travaux de cette maison ?

Concrètement, je suis engagé dans la sphère associative, depuis maintenant 4 ans et demi. En tant que bénévole, je participe à des maraudes, avec cette impression d’apporter quelque chose à des personnes qui se sentent exclues.  L’aide tient à si peu: un sourire, un regard, un café partagé … Cet engagement mené parallèlement à ma vie professionnelle, m’apporte beaucoup.

J’ai vu dans ce projet le moyen d’abolir cette frontière entre mon univers professionnel et mes engagements. Le moyen d’être au service, tout en apportant mes compétences. Le moyen d’être utile aux autres, tout en faisant ce que je sais faire de mieux : mon métier. 

 

Il y a quelques jours, avant les travaux, les jeunes étaient heureux de visiter la Maison Jean-Paul II !

Ainsi, pouvez-vous nous expliquer ce qui vous plaît tant dans ce projet ?

Jusque-là, je suis habitué aux projets de logement sociaux dits « classiques ». Il m’a fallu déjà me familiariser au concept de la Maison Jean-Paul II, c’est un cas de figure inédit pour moi. En effet, elle a la particularité d’être à la fois une maison de type familial, accessible aux personnes handicapées, et un logement social.

C’est aussi quand j’ai participé à la fête des 10 ans de l’association partenaire que j’ai perçu toute la joie de ce projet. La rencontre des bénévoles autour des jeunes, mais aussi, et surtout, des jeunes garçons trisomiques du groupe d’amitié, a eu un effet très positif pour moi. L’impression de contribuer à quelque chose de plus grand qu’un simple bâtiment...  Je contribue à l’émergence d’une nouvelle Maison de Vie et de Partage !

Considérez- vous cette maison comme étant un projet innovant ?

Oui totalement ! Il ne s’agit ni d’un foyer, ni d’une clinique, ni d’un hôpital qui ont des configurations standardisées– avec des chambres identiques par exemple. Ce lieu n’est pas médicalisé, au contraire, c’est tout l’inverse : c’est une maison à caractère familial, dans laquelle les résidents vivent ensemble, en toute bienveillance certes mais aussi en toute sécurité.

Ma mission consiste donc à faire qu’au-delà des murs créés, tous les résidents se sentent chez eux. Que toutes les personnes invitées dans cette maison se sentent bienvenus ! Un gros travail a donc été fait avec la FLS et l’association partenaire pour rendre les lieux partagés accueillants : cuisine ; salon ; mais aussi la buanderie ; le garage ; …

Ce que j’apprécie particulièrement également, c’est la localisation au cœur de la ville de la Maison. Je sais qu’Anthony ira travailler à pieds, que Pierre-Marie se rendra à son ESAT en transports communs, … Cette mobilité pour les jeunes, c’est une grande valeur ajoutée des Maisons de Vie et de Partage, je suis admiratif de ce que la FLS fait pour en ouvrir toujours plus.

Et maintenant … quelles sont les étapes de votre mission ?

Plusieurs actions sont nécessaires de mon côté pour mener à bien un tel projet, en tant que maître d’ouvrage de l’opération immobilière. J’ai eu tout d’abord la première tâche de réaliser des plans qui répondent aux besoins répertoriés par la FLS, sur la base de ce que souhaitaient les parents porteurs du projet.

Il fallait y conjuguer les règles administratives propres aux logements sociaux tout en apportant, dans les plans et projections architecturales, une réponse adaptée et innovante aux besoins des futurs habitants. Il s’agissait pour moi d’un vrai défi, et je suis heureux du travail accompli. Par exemple, visiter la Maison Saint-Joseph, accueillant depuis 10 ans 7 jeunes filles trisomiques, m’a également familiarisé avec le format familial du projet.

Une fois ces plans validés et l’entrepreneur trouvé, la conduite de travaux commence ces jours-ci, en ces premiers jours d’automne. Dans ce cadre, il est enthousiasmant de coordonner ces travaux, qui vont durer plusieurs semaines.

J’ai hâte de voir cette maison finie, de voir les premiers emménagements d’Anthony, de Louis, de Paul-Marie, de faire la fête avec eux et surtout, d’être accueilli, un jour, chez eux, à déjeuner.

 

Un grand merci à Sylvain Boureau d’avoir répondu à nos questions.
Désireux d’en savoir plus sur ses réalisations ? De rentrer en contact ? www.studiosba.fr