Témoignages dans les collèges en Essonne

Dans le cadre de la semaine de « Lutte contre le racisme et la discrimination », la FLS a été sollicitée pour faire connaître son projet « Urgence-réfugiés ». Depuis maintenant 18 mois, cinq familles réfugiées d’Irak vivent et se construisent en Essonne. Ces témoignages furent l’occasion d’un bilan et d’un partage mais surtout d’un souhait de transmission pour les plus grands et d’une soif de découvertes pour les plus jeunes. Illustrations et témoignages.

Qui étaient nos témoins ?

La FLS s’est lancée dans cette initiative avec trois personnes, qui ont toutes vécu en Irak.

La première personne est un père de famille, qui vit aujourd’hui dans un logement de la FLS. Il a témoigné par écrit de son parcours et des minutes d’horreur vécues par sa femme et ses enfants au moment de l’arrivée de Daesh dans leur village. Depuis leur arrivée en France, cette famille se mobilise pour apprendre le français et veiller à voir leurs deux enfants grandir en paix.

La seconde, Yuli, est arrivée en France depuis bientôt 30 ans. Complètement intégrée ici, elle se mobilise en tant que bénévole de l’Œuvre d’Orient pour que les personnes irakiennes arrivant en France retrouvent rapidement leur dignité. Elle-même loge des personnes de sa famille chez elle, en Région Parisienne.

Souvenez-vous, il y a quelques mois, Ovilya témoignait en vidéo de son arrivée en France.

 

La troisième, Viviane, a fait preuve de courage sans égal. Elle a accepté de témoigner de visu face aux enfants des collèges. Arrivée également en 2014, sa maîtrise du français est telle que le partage avec les jeunes adolescents a pu se faire intégralement dans la langue de Molière. Coiffeuse en semaine, Viviane est une battante qui cherche à construire et se construire avec de nouveaux projets personnels ici en France. « C’est très important de faire connaître ce que j’ai vécu » remontait-elle, témoignant ainsi de sa volonté de transmettre aux jeunes, de partager.

Toute cette équipe s’est ainsi mobilisée pour faire de ces témoignages des moments de sensibilisation et de découvertes pour les classes de 4ème et de 3ème du collège Jean ZAY à Morsang-sur-Orge.

Pourquoi avoir organisé ce témoignage ?

La FLS lutte depuis toujours contre toute forme d’exclusion. En effet, Raoul Follereau, qui a lutté contre la lèpre aimait à rappeler qu’il fallait agir contre toute les formes de lèpre. Et pour perpétuer son combat, il s’adressait surtout aux jeunes du monde.

Dans cet esprit, la FLS a accepté la sollicitation à participer à cette action, tout en s’entourant des personnes qui ont vécu cette exclusion. « Ne pas faire à la place des personnes fragilisées, mais bien avec elles » : cela reste l’une de nos convictions fondamentales.

D’autant plus forts de ce fait, ces témoignages ont permis la sensibilisation des jeunes sur les enjeux actuels sociétaux et internationaux. Mais surtout, ils furent l’occasion d’éveiller les adolescents à la rencontre de l’autre dans sa diversité, sa richesse et sa fragilité.

 

« Je vous ressemblais il y a 30 ans. Cependant  me voici devenu presque  vieil homme, mais je crois que je vous ressemble encore. Avec des forces diminuées, mais un cœur aussi jeune que le vôtre et sur nul doute n’a ébranlé. Et je vous dis : voulez vous m’aider ? prendre la relève, poursuivre la lutte, livrer les derniers assauts, vaincre ? »

Raoul Follereau, 1962

 

Des moments poignants

A l’image du témoignage du père de famille, Viviane avait également préparé tout un discours qu’elle a lu devant chaque classe ! Emue, elle était écoutée de tous, enfants et professeurs, les yeux grands ouverts. Elle a parlé de sa fuite avec sa famille dans une petite camionnette, de la violence répandue par Daesh et de sa situation actuelle en France.

Beaucoup d’élèves n’ont pas hésité à prendre la parole pour poser des questions diverses, sur les animaux de compagnie, sur sa famille, sur sa vie : Viviane était ravie de partager. Nul doute que ces interventions ont suscité de nombreuses interrogations chez les élèves, qui ont une réelle soif d’apprendre et un désir de comprendre.

A préciser qu’aujourd’hui, quelques jours après les témoignages, les professeurs cherchent à construire une correspondance entre leurs élèves et ces personnes ! Une belle histoire est en train de s’écrire, dans la rencontre de l’autre et de sa vie.

Merci à tous ceux qui ont rendu ces moments possibles, merci à ces « bâtisseurs de bonheur » : Zaya ; Viviane ; Yuli ; Agnès ; Matthieu ; Anne-Marie ; et chacun des professeurs et élèves !

Si vous souhaitez qu’une telle rencontre soit organisée dans vos collèges, contactez-nous, nous construirons cette initiative ensemble !